Les situations ou vous risquez un retrait de votre carte professionnelle

Les situations ou vous risquez un retrait ou une suspension de votre carte professionnelle

Les situations ou vous risquez un retrait ou une suspension de votre carte professionnelle

Pour toutes activités dans la sécurité, il est impératif de détenir la carte professionnelle. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’elle permet à l’Agent de justifier de son aptitude professionnelle à exercer. Délivrée par le CNAPS ou Conseil National des Activités Privées de Sécurité, la carte est valide pendant 5 ans et il est nécessaire de faire les demandes de renouvellement 3 mois avant la date d’expiration. Bien que les conduites à tenir d’un agent doivent être exemplaires en respectant le code de déontologie des personnes physiques ou morales exerçant des activités privées de sécurité, nous allons voir les différents cas qui engendreront le retrait de la carte professionnelle.



Les cas entraînant le retrait de la carte sont mentionnés dans l’article L. 612-20 du code de la sécurité intérieur, indiqué comme suit :

Nul ne peut être employé ou affecté pour participer à une activité mentionnée à l’article L. 611-1 :


1° S’il a fait l’objet d’une condamnation à une peine correctionnelle ou à une peine criminelle inscrite au bulletin n° 2 du casier judiciaire ou, pour les ressortissants étrangers, dans un document équivalent, pour des motifs incompatibles avec l’exercice des fonctions ;

2° S’il résulte de l’enquête administrative, ayant le cas échéant donné lieu à consultation, par des agents des commissions nationale et régionales d’agrément et de contrôle spécialement habilités par le représentant de l’Etat territorialement compétent et individuellement désignés, des traitements de données à caractère personnel gérés par les services de police et de gendarmerie nationales relevant des dispositions de l’article 26 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, à l’exception des fichiers d’identification, que son comportement ou ses agissements sont contraires à l’honneur, à la probité, aux bonnes mœurs ou sont de nature à porter atteinte à la sécurité des personnes ou des biens, à la sécurité publique ou à la sûreté de l’Etat et sont incompatibles avec l’exercice des fonctions susmentionnées ;

S’il a fait l’objet d’un arrêté d’expulsion non abrogé ou d’une interdiction du territoire français non entièrement exécutée ;

4° Pour un ressortissant étranger, s’il ne dispose pas d’un titre de séjour lui permettant d’exercer une activité sur le territoire national après consultation des traitements de données à caractère personnel relevant des dispositions de l’article R. 611-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile par des agents des commissions nationale et régionales d’agrément et de contrôle spécialement habilités par le représentant de l’Etat territorialement compétent et individuellement désignés ;

5° S’il ne justifie pas de son aptitude professionnelle selon des modalités définies par décret en Conseil d’Etat et, s’il utilise un chien dans le cadre de son emploi ou de son affectation, de l’obtention d’une qualification définie en application de l’article L. 613-7.

Le respect de ces conditions est attesté par la détention d’une carte professionnelle délivrée selon des modalités définies par décret en Conseil d’Etat.  Si son titulaire utilise un chien dans le cadre de son activité, la carte professionnelle comporte le numéro d’identification du chien.

La carte professionnelle peut être retirée lorsque son titulaire cesse de remplir l’une des conditions prévues aux 1°, 2° et 3°. Elle peut également être retirée en cas de méconnaissance des dispositions prévues à l’article L. 214-1 du code rural et de la pêche maritime.

En cas d’urgence, le président de la commission régionale d’agrément et de contrôle peut retirer la carte professionnelle. En outre, le représentant de l’Etat peut retirer la carte professionnelle en cas de nécessité tenant à l’ordre public.

On doit vous faire connaitre les griefs avant le retrait de votre carte professionnelle et pour contester la décision de retrait, vous avez un délai de deux mois.

En cas de dérogation, l’entreprise risque également un retrait ou une suspension de l’autorisation d’exercice, un risque pénal de prison ou d’amende est possible pour l’employeur. Cela implique que le contrôle de la validité d’une carte professionnelle lors de l’embauche ainsi que tous les ans est nécessaire mais discutable. Sachant que la mise à jour du système DRACAR (Délivrance Réglementaire des Autorisations et Cartes professionnelles des agents privés de sécurité) se fait tous les 15 jours, il serait plus adéquat d’effectuer le contrôle de la validité des cartes professionnelles toutes les quinzaines afin d’éviter tous sanctions.

Avez-vous apprécié cet article ?

Cliquez sur les étoiles

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 4

Pas encore noté, soyez le premier à donner votre avis.

Vous avez trouvez cet article intéressant !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux



No comments yet.

Laisser un commentaire

You cannot copy content of this page

NE CHERCHEZ PLUS L'ENTREPRISE...

NOUS L' AVONS !

 

SAISISSEZ VOTRE CHANCE POUR LA RENTREE 2020

Vous avez 18 ans et un casier judiciaire ABSOLUMENT VIERGE. ACTE 1 FORMATION vous offre ET une formation gratuite ET un salaire ET un contrat d’apprentissage. 

visuel inscription bac pro et bts métiers de la sécurité

BAC PRO & BTS MÉTIERS DE LA SÉCURITÉ CONTACTEZ-NOUS !

Vous allez être recontacter par ACTE 1 formation sous 24h00