Le livre blanc de la Sécurité Intérieure : construction d’un partenariat entre la Sécurité Privée et Publique

Le livre blanc de la Sécurité Intérieure : construction d'un partenariat entre la Sécurité Privée et Publique

Le livre blanc de la Sécurité Intérieure : construction d’un partenariat entre la Sécurité Privée et Publique

Les acteurs privés du secteur attendent du livre blanc sur la sécurité intérieure, dont la publication a été retardée, qu’il clarifie son rôle et élargisse le partage des attributions  avec la police et la gendarmerie.



La sécurité est un changement mouvant du concept de temps et d’espace.  Mais avec la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, la peur a commencé à s’installer et le monde s’est rendu compte que la sécurité peut prendre des acceptions aussi variées que les biens matériels, les données informatiques, la nourriture, le territoire national, l’économie, l’emploi ou la santé.

Le livre blanc du ministère de l’intérieur est principalement rédigé par les hauts fonctionnaires du ministère de l’intérieur. Compte tenu des problèmes de sécurité actuels, le livre blanc vise à « mettre la France dans un traité de protection et de sécurité en plaçant l’humain au cœur de l’action ».

C’est le résultat de grandes concertations entre le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et des experts en sécurité, élu, préfets, chercheurs et même agents de terrain il y a plus d’un an. Lors d’une réunion organisée en janvier 2020, les citoyens eux-mêmes ont pu apporter leurs idées et réflexions à ce document.

Encadrement de la sécurité privée et le partenariat avec le public selon le livre blanc

Contenant plus de 300 pages, le livre blanc devient un document de référence pour le ministère de l’intérieur. Il décrit les menaces de sécurité actuelles, les évolutions et les défis futurs. Plus de 200 propositions très variées y sont développées et sont destinées à être mises en œuvre, ou au moins débattues d’où la nécessité d’une mobilisation territoriale de la police et la gendarmerie, la réorganisation des services de sécurité publique et des mesures liées à la police municipale.

Le concept de sécurité privée a également été évoqué, notamment les mesures visant à construire la profession et la question du renforcement de la surveillance des sociétés de sécurité privées. Construire un partenariat entre la sécurité privée et publique est plus important que jamais.

Partager les missions de sécurité

La politique formulée par le ministère de l’intérieur a tenté d’établir un thème de sécurité au quotidien, mais a échoué car la France « a souffert d’une formation policière inadéquate, d’une chute du taux d’encadrement des forces de l’ordre, d’un budget réduit alloué au secteur de la sécurité, que la police et la gendarmerie se sont engagées sur la voie de la pauvreté » selon Guillaume Farde.

Il est essentiellement clair que le secteur public ne peut plus tout faire et il est plus que nécessaire de partager les missions de sécurité avec les polices municipales et les sociétés de sécurité privée.

Cependant, une fois que l’inévitable partage des tâches est diagnostiqué, la question du « Comment » se posera.  Ensuite, il y a le concept de « continuum de sécurité », cette idée que les secteurs public et privé peuvent travailler ensemble pour assurer la sécurité des Français.

« Elle a pris corps après les attentats de 2015. On s’est rendu compte à l’époque que sans l’armée et sans la sécurité privée, l’Etat ne parvenait plus à protéger la population », estime Guillaume Farde.

Télécharger le livre blanc de la Sécurité Intérieure

Télécharger le Livre Blanc de la Sécurité Intérieure

Télécharger les annexes du Livre Blanc de la Sécurité Intérieure

Avez-vous apprécié cet article ?

Cliquez sur les étoiles

Note moyenne 4 / 5. Nombre de votes : 4

Pas encore noté, soyez le premier à donner votre avis.

Vous avez trouvez cet article intéressant !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux



No comments yet.

Laisser un commentaire

You cannot copy content of this page