La Sécurité Privée : un atout pour l’état ?

La Sécurité Privée : un atout pour l'état ?

La Sécurité Privée : un atout pour l’état ?

La sécurité privée étant encore un secteur fragile structurellement parlant, elle n’en reste pas moins essentielle. Ainsi, le recours aux agents de sécurité privée est prévu dans les mesures à prendre suite à l’examen des députés sur la proposition de loi sur la sécurité globale.


Projet de loi Sécurité globale, un renforcement de la Sécurité Privée

La proposition de loi concerne généralement la sécurité globale. Cette dernière comporte plusieurs amendements dont le renforcement du secteur de la Sécurité Privée.

Ce secteur étant déjà en évolution, la collaboration entre l’Etat et lui ne pourra qu’être bénéfique. Le fait de collaborer avec la Sécurité Privée est pour l’Etat un enjeu capital de la sécurité. Il s’agit d’un élargissement des missions des agents de sécurité privée. Ainsi il s’agirait de les associer aux opérations de palpation de sécurité effectués par les services de l’État, leur accorder la possibilité de réaliser certaines missions de surveillance et de neutralisation de drones

Un avenir prometteur pour le secteur de la Sécurité Privée

L’ensemble des sociétés dans le secteur de la sécurité privée compte au total environ 170 000 personnels salariés. Depuis les incidents qui se sont passés en l’occurrence les attentats, le point de vue de la société sur la tolérance à la sécurité a évolué.

Selon Cédric Paulin,  secrétaire général du Groupement des entreprises de sécurité, dans un article paru sur France 24 : “Les effectifs des forces de l’ordre augmentent très peu en France alors que leur champ d’action a tendance à s’élargir. Certaines collectivités préfèrent aujourd’hui se tourner vers le privé, lequel est en capacité de trouver du personnel facilement tout en réalisant des économies car un agent du secteur privé coûte moins cher qu’un fonctionnaire.”

Dans certaines infrastructures nous pouvons retrouver des agents de sécurité armés car l’Etat opte de plus en plus pour la sous-traitance. Néanmoins, les missions de la sécurité privée ne remplaceront pas les forces de l’ordre publique.



La forte concurrence et un taux de rentabilité réduit fragilise le secteur de la Sécurité Privée

Forte concurrence et marges faibles sont les causes à la précarité importante du secteur et à ses problèmes structurels. Toujours selon Cédric Paulin, “Le secteur augmente en effectifs et chiffre d’affaire mais se réduit en taux de rentabilité à cause de la forte concurrence”. De ce fait, la mise en place d’un encadrement plus strict des règles de sous-traitance et de formation sont prévus dans la proposition de loi.

La sous-traitance est à proscrire et la mise en place “d’un juste prix” de la part des clients serait utile pour l’évolution efficace du secteur.

Toutefois, cette loi sur la sécurité globale a quand même engendré une polémique et attiré plusieurs critiques venant du public à cause de ses amendements qui stipulent par exemple la mise en place de  la surveillance par des drones, ou le recours massif à la sécurité privée ou encore celui qui interdit de diffuser des images de policiers. Considérée comme liberticide, certains pensent que cette loi menace la liberté d’expression, le droit à manifester et le droit à la vie privée.

Avez-vous apprécié cet article ?

Cliquez sur les étoiles

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes : 3

Pas encore noté, soyez le premier à donner votre avis.

Vous avez trouvez cet article intéressant !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux




No comments yet.

Laisser un commentaire

You cannot copy content of this page