Les nouveaux défis liés au métier d’agent de sécurité privée post Covid- 19

Les nouveaux défis liés au métier d’agents de sécurité privée post Covid- 19

Les nouveaux défis liés au métier d’agents de sécurité privée post Covid- 19

 

Faire respecter le port du masque dans les lieux publics clos et la distanciation sociale d’1,5mètres entre chaque individu, et s’assurer que tous les individus voulant accéder à un espace clos se nettoient bien les mains avec du gel désinfectant font maintenant parties des tâches récurrentes dans le quotidien des agents de sécurité privée. En effet, les agents de sécurité qui sont déployés aux entrées des établissements ont la charge de vérifier que toutes les mesures liées au Covid-19 soient bien prises en compte par les individus fréquentant les lieux publics et privés. Cependant certains clients et visiteurs se refusent à cela, et les agents se retrouvent parfois démunis face aux incivilités, voire aux violences.


Les anti-masques

Personne n’est censé ignorer que le masque est devenu un objet de tous les jours sans lequel nous ne pouvons plus sortir. Son port est devenu obligatoire dans les lieux publics clos, et dans la rue de plusieurs villes et quartiers en France. Le 29 août, quelques centaines de militants anti-masques étaient rassemblées à Paris. Créé en mai, le groupe Facebook « anti masque obligatoire » s’est étoffé ces dernières semaines, comptant le 16 Septembre plus de 6.500 membres.

Le profil sociologique des militants anti-masque est «singulier». Si les individus sensibles aux thèses populistes et conspirationnistes sont d’ordinaire masculins, jeunes et peu diplômés, ce n’est pas le cas des anti-masques. Les femmes sont surreprésentées (63 %), leur âge est relativement élevé avec une moyenne de cinquante ans, et leur niveau d’éducation est assez haut – Bac +2 en moyenne.

Fait marquant, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 36 % des personnes interrogées pour 18% dans l’ensemble de la population française.

Le port du masque agace certains visiteurs. Parfois pire que cela, il peut les rendre violent. Depuis quelques semaines, des comportements véhéments se multiplient pour refus du port du masque. Il est pourtant obligatoire dans tous les lieux publics clos depuis le 20 juillet afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Le port du masque est désormais une source de tensions entre individus. La maitrise des situations de refus du port du masque par ce type de profils font parti des nouveaux défis des agents de sécurité.

Multiplication des incidents à l’encontre des agents de sécurité

La liste des villes où des faits de violences ont été constatés sur des agents de sécurité commence à s’allonger.

Face aux refus, les agents de sécurité n’ont d’autres moyens de persuasion que la parole ou bien celle d’interdire l’entrée à ces individus. Dans la plupart des cas, les personnes en question finissent par obtempérer.

Mais dans d’autres situations, les agents de sécurité subissent menaces, insultes et les impolitesses de ceux jugeant le port du masque inutile dans la lutte contre le coronavirus. Parfois aussi, ces agents placés à l’entrée des lieux publics clos, sont victimes de violences.

Avez-vous apprécié cet article ?

Cliquez sur les étoiles

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore noté, soyez le premier à donner votre avis.

Vous avez trouvez cet article intéressant !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux



No comments yet.

Laisser un commentaire

You cannot copy content of this page